Bruxelles épingle déjà Paris pour déficit excessif

Joaquin Almunia, member of the European Commis...
Image via Wikipedia

La Commission européenne a ouvert la première étape de la procédure pour déficit excessif contre la France et trois autres pays de la zone euro – l’Espagne, la Grèce et l’Irlande – ainsi que contre la Lettonie et Malte.

La France, ainsi que l’Espagne, la Grèce, l’Irlande, la Lettonie et Malte, dont le déficit budgétaire devrait dépasser largement en 2008 et en 2009 la limite des 3 % de PIB instaurée par le Pacte de stabilité et de croissance, devraient faire l’objet d’une procédure pour déficit excessif. Joaquin Almunia, le commissaire européen chargé des Affaires économiques et monétaires, l’a confirmé hier à Bruxelles, en annonçant qu’il avait adressé un rapport en ce sens au Comité économique et financier de l’Union, étape obligatoire avant l’ouverture officielle de cette procédure le 4 mars, les ministres des Finances devant ensuite statuer lors d’une réunion informelle début avril à Prague.

Reblog this post [with Zemanta]

L’Etat demande à Renault et PSA de ne pas fermer de sites en France

Les constructeurs automobiles ont été entendus. Ils seront aidés par l’Etat. Le plan de relance de l’économie, présenté par Nicolas Sarkozy jeudi 4 décembre, prévoit, en dehors d’une prime à la casse de 1 000 euros, un volet de financement du crédit.

Les filiales financières de PSA Peugeot Citroën et de Renault auront accès à près de 1 milliard d’euros, réparti quasiment à parité entre les deux, à un taux d’intérêt de 4 %.

Avec la crise financière, les deux constructeurs français peinaient à se refinancer sur les marchés. Or, en France, trois véhicules sur quatre sont achetés à crédit. Ils se plaignaient de ne pas pouvoir emprunter autant qu’ils le voulaient auprès de la Société de financement de l’économie française. Lors des premières émissions, ils n’ont obtenu que 0,5 % du total, soit 25 millions d’euros.

plus+: lefigaro.fr

40% des Français font confiance à Sarkozy

France. La côte de popularité du président de la République remonte. En août, 40% des Français affirmaient lui faire confiance, soit une hausse de 4 points.

Selon un sondage CSA pour iTele-Le Parisien-Aujourd’hui en France rendu public vendredi, la cote de popularité de Nicolas Sarkozy est nettement remontée en un mois, 40% des Français affirmant lui faire confiance en août (+ 4 points) et 51% ne pas lui faire confiance (- 5 points).
L’écart entre les opinions favorables à M. Sarkozy et les opinions défavorables revient ainsi de – 20 points en juillet à – 11 points en août, tandis que 9% des personnes interrogées (+1) ne se prononcent pas.
La cote de confiance du président de la République est devenue négative en février, selon le baromètre de CSA.
Celle de François Fillon a également progressé en août par rapport à juillet, 45% (+1) des Français lui faisant confiance et 45% (-4) ne lui faisant pas confiance.
La cote de confiance du Premier ministre était négative depuis le mois de mai, selon CSA.
Sondage réalisé par téléphone le 30 juillet auprès d’un échantillon représentatif de 1.005 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas.Plus+