Reprendre une entreprise, une opportunité pour se lancer

Crises album cover
Image via Wikipedia

A l’évidence, l’année 2009 s’annonce difficile. Pourtant, pour ceux qui se rêvent entrepreneurs, la reprise d’une entreprise, en difficulté ou non, se révèle comme un moyen de se lancer rapidement et sans trop de risque. A condition toutefois de bien choisir la société convoitée et de sécuriser son projet de développement.

Repreneurs, profitez de la crise !

Du fait de la crise, les entreprises en difficulté constituent un vivier d’opportunités pour les repreneurs qui pourront réinjecter des fonds pour les faire vivre et prospérer.

» Pourquoi reprendre une entreprise

» Ils créent une enteprise malgré la crise
Partage d’expériences

Ils se sont lancés en reprenant une entreprise, ils témoignent.

» « J’ai repris une TPE complémentaire à mon activité»

» «J’ai testé la société avant de la reprendre»

» «On peut conclure de bonnes affaires»

LIRE AUSSI

» DOSSIER – Lancer son entreprise en franchise

» Ces hommes et ces femmes qui créent leur entreprise pendant la crise

» Des outils gratuits pour mieux gérer votre entreprise

plus+:http://www.lefigaro.fr/

Le G20 pour la régulation du marché

BERLIN - FEBRUARY 22:  French President Nicola...
Image by Getty Images via Daylife

Les Européens du G20 réunis dimanche à Berlin sont d’accord pour une régulation et une surveillance de l’ensemble des acteurs des marchés, y compris des fonds d’investissement spéculatifs (hedge funds), ont indiqué des sources gouvernementales allemandes.

Reblog this post [with Zemanta]

Zone euro:Baisse record de l’activité

Zone euro 2008 ; bleu foncé : de jure ; bleu p...
Image via Wikipedia

Selon une première estimation de l’indice composite des directeurs d’achat (PMI) publiée vendredi 20 évrier, l’activité dans la zone euro a connu une baisse record en février. Celle-ci est jugée particulièrement préoccupante par les économistes.
L’indice PMI, qui synthétise l’activité des secteurs manufacturier et des services, a touché un nouveau plancher record en février, à 36,2 points contre 38,3 points en janvier, a indiqué la société Markit.
C’est nettement en-deçà de que ce qu’escomptaient les économistes interrogés par l’agence Dow Jones Newswires, qui pariaient sur une augmentation à 38,7 points.
L’indice PMI connaît également de nouveaux plus bas niveaux historiques dans les secteurs des services et de l’industrie manufacturière.

Reblog this post [with Zemanta]

Saab sollicite son placement en redressement judiciaire

Saab AB

Image via Wikipedia

Au bord de la faillite, le constructeur suédois détenu par l’américain General Motors a déposé une demande auprès d’un tribunal suédois pour faire acter sa séparation de sa maison mère et  tenter d’amorcer un redressement sous supervision judiciaire.

Il y a deux jours le constructeur automobile américain General Motors avait prévenu. Sans un soutien financier de Stockholm, sa filiale Saab risquait la banqueroute dès ce mois de février. Un avertissement mal perçu par l’Etat suédois, qui avait vertement repoussé cette incitation aux accents d’ultimatum de l’américain à entrer dans le capital de Saab, voire, faute de mieux, à lui servir de caution pour un emprunt de 5 milliards de couronnes (450 millions d’euros) auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI). « L’Etat suédois n’est pas prêt à posséder des usines automobiles. (…) Nous ne jouons pas au Monopoly. (Les contribuables suédois) n’ont pas demandé de devenir propriétaire d’usines », avait alors déclaré la ministre des entreprises Maud Olofsson.

Reblog this post [with Zemanta]

2,6 milliards d’euros pour les victimes de la crise, insuffisants selon les syndicats

Bernard Thibault at a demonstration, November ...
Image via Wikipedia

SOMMET SOCIAL – Les annonces lors de la réunion à l’Elysée n’ont pas remis en cause la tenue d’une journée de mobilisation le 19 mars prochain…
Les syndicats ont-ils réussi à garnir un peu plus l’offre présidentielle? Ce mercredi, Nicolas Sarkozy a mis 2,6 milliards d’euros sur la table pour les victimes de la crise lors de la réunion à l’Elysée avec les partenaires sociaux. Le 5 février, lors de son allocution télévisée, 1,4 milliard d’euros avait été évoqué, au titre des intérêts des prêts de l’Etat aux banques en difficultés. Un milliard d’euros a donc été ajouté en cours de route pour répondre aux inquiétudes des Français face à la crise, qui s’étaient massivement exprimés le 29 janvier dernier dans la rue.

Bernard Thibault, le leader de la CGT, s’est dit «bien obligé de ramener ce chiffre à la somme de 8 milliards d’euros correspondant à la suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises» (annoncée le 5 février, ndlr). «Nous nous rendrons à la rencontre unitaire de lundi avec l’esprit de travailler à un prochain rendez-vous revendicatif, qui est programmé le 19 mars», a-t-il prévenu.

Des propositions quasi déjà ficelées

Les trois grandes fédérations syndicales (CFDT, CGT, FO), sur les cinq invitées, sont sorties déçues de ce rendez-vous, même si la CFDT a estimé que «l’action syndicale avait permis une première inflexion dans la politique gouvernementale». Sans surprise, seule l’une des propositions de François Chérèque (CFDT) a été retenue, celle de créer un fonds d’intervention sociale pour la formation professionnelle et l’emploi. Pas question, en revanche, d’accéder aux demandes d’augmentation du smic, de remise en cause du paquet fiscal ou d’abandon du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Les discussions sur la Fonction publique ont d’ailleurs été renvoyées à des négociations bilatérales la semaine prochaine.

L’Elysée et le gouvernement sont arrivés avec des propositions quasi déjà ficelées lors des réunions préparatoires avec les partenaires sociaux. Les syndicats sont tout de même parvenus à négocier la fourchette haute de certaines mesures, comme la prime pour les chômeurs, passée de 400 à 500 euros, ou les allégements fiscaux à destination du bas des classes moyennes: entre la suppression totale de la première tranche de l’impôt sur le revenu et la suppression du deuxième tiers provisionnel, gouvernement et partenaires sociaux se sont mis d’accord sur la suppression de deux derniers acomptes provisionnels. Au total, six millions de foyers fiscaux bénéficieront d’une ristourne. «Une véritable usine à gaz», selon Vincent Drezet, secrétaire général du Syndicat national unifié des impôts, joint par 20minutes.fr. «Tout le monde va faire des réclamations pour rentrer dans la tranche, ça va être la foire d’empoigne.» >> A voir, notre infographie animée sur l’impôt sur le revenu

La Guadeloupe attendra jeudi

Quant aux familles, une prime de 150 euros sera versée à trois millions d’entre elles percevant l’allocation de rentrée scolaire, et des «bons d’achat de services à la personne», d’une valeur de 200 euros, à des personnes à faibles revenus.

En ce qui concerne le partage des profits en entreprise, la présidente du Medef, Laurence Parisot, s’est dite opposée à des négociations nationales sur le sujet.«Je le dis aux salariés, il faut noter la position intransigeante du Medef lors de cette réunion. Il va falloir pousser plus fort en matière d’emploi, de pouvoir d’achat et plus généralement en matière de considération», a déclaré Bernard Thibault à la sortie de la réunion.

De la Guadeloupe, enfin, il n’a pas été question, alors que les leaders de la CGT, de la CFDT et de FO s’étaient mis d’accord pour «exiger» que le sommet social aborde la crise dans l’île, de plus en plus critique. Le Président a choisi d’attendre jeudi pour s’exprimer sur la question. Après avoir rencontré les élus de l’Outre-mer, il interviendra sur RFO à 17h. Une réunion, une intervention télévisée. Comme ce mercredi soir.