Quand la politique s’en mêle

Andy Roddick
Image via Wikipedia

L’affaire Peer n’en finit plus de rebondir. Bien que la WTA ait sanctionné les organisateurs du tournoi de Dubaï et qu’Andy Ram ait obtenu son visa pour le tournoi masculin, Andy Roddick, tenant du titre, a décidé de boycotter l’événement.

par Nicolas Cerbelle, le 21-02-2009
En refusant d’accorder en début de semaine un visa à Shahar Peer, sous prétexte de sa nationalité israélienne, les organisateurs du tournoi de Dubaï ont déclenché une vive polémique, assortie vendredi d’une sanction financière record de la part de la WTA. L’institution, qui avait laissé entendre qu’elle pourrait purement et simplement rayer de son calendrier l’épreuve émirienne, a finalement infligé une amende de 300 000 dollars au motif de «manquement aux règles du circuit». Peer recevra pour sa part la somme de 44 250 dollars, soit les gains qu’elle avait obtenus à Dubaï l’an dernier en simple et en double aux côtés de sa partenaire, Anna-Lena Groenefeld, indemnisée pour sa part à hauteur de 7 950 dollars.

La WTA joue les redresseurs de torts
«Les décisions que nous avons prises aujourd’hui (vendredi) ont pour but de redresser les torts subis par Shahar Peer, victime d’une politique injuste et discriminatoire de la part des Emirats arabes unis. Elles ont aussi pour but d’envoyer un message clair, à savoir que notre organisation ne tolèrera aucune discrimination de quelle que sorte que ce soit, et que ce qui est arrivé n’arrivera plus, ni aux Emirats ni ailleurs», a expliqué le directeur général de la WTA, Larry Scott, dans un communiqué. Les organisateurs se sont vus par ailleurs imposer trois conditions. Primo : que tous les joueurs aient le droit de prendre part au tournoi, quelle que soit leur nationalité (rappelons par ailleurs qu’Andy Ram a obtenu son visa pour le tournoi masculin sous la pression de la Fédération internationale de tennis). Deuxio : que la délivrance d’un visa à un joueur israélien soit fournie aux autorités du circuit huit semaines avant le début du tournoi. Tertio : que Shahar Peer bénéficie d’une wild-card pour le tableau principal en 2010, quel que soit son classement.

Suède-Israël à huis clos
L’argent ne soigne cependant pas tout les maux et Peer peut s’estimer à raison victime de discrimination même si le directeur du tournoi, Salah Tahlak, avait justifié son choix par peur de représailles après la récente offensive du Tsahal (armée israélienne) dans la bande de Gaza. L’incident «diplomatique» a en tout cas fait tâche d’huile sur la planète tennis. Le conseil municipal de Malmö a ainsi décidé que le premier tour de Coupe Davis opposant la Suède et Israël début mars, se déroulera à huis clos, la sécurité des spectateurs ne pouvant être garantie. Une campagne «Stop au match» a en effet été lancée en Suède et des milliers de manifestants sont attendus aux alentours de l’enceinte pour l’occasion.www.sport24.com

Bruxelles épingle déjà Paris pour déficit excessif

Joaquin Almunia, member of the European Commis...
Image via Wikipedia

La Commission européenne a ouvert la première étape de la procédure pour déficit excessif contre la France et trois autres pays de la zone euro – l’Espagne, la Grèce et l’Irlande – ainsi que contre la Lettonie et Malte.

La France, ainsi que l’Espagne, la Grèce, l’Irlande, la Lettonie et Malte, dont le déficit budgétaire devrait dépasser largement en 2008 et en 2009 la limite des 3 % de PIB instaurée par le Pacte de stabilité et de croissance, devraient faire l’objet d’une procédure pour déficit excessif. Joaquin Almunia, le commissaire européen chargé des Affaires économiques et monétaires, l’a confirmé hier à Bruxelles, en annonçant qu’il avait adressé un rapport en ce sens au Comité économique et financier de l’Union, étape obligatoire avant l’ouverture officielle de cette procédure le 4 mars, les ministres des Finances devant ensuite statuer lors d’une réunion informelle début avril à Prague.

Reblog this post [with Zemanta]

2,6 milliards d’euros pour les victimes de la crise, insuffisants selon les syndicats

Bernard Thibault at a demonstration, November ...
Image via Wikipedia

SOMMET SOCIAL – Les annonces lors de la réunion à l’Elysée n’ont pas remis en cause la tenue d’une journée de mobilisation le 19 mars prochain…
Les syndicats ont-ils réussi à garnir un peu plus l’offre présidentielle? Ce mercredi, Nicolas Sarkozy a mis 2,6 milliards d’euros sur la table pour les victimes de la crise lors de la réunion à l’Elysée avec les partenaires sociaux. Le 5 février, lors de son allocution télévisée, 1,4 milliard d’euros avait été évoqué, au titre des intérêts des prêts de l’Etat aux banques en difficultés. Un milliard d’euros a donc été ajouté en cours de route pour répondre aux inquiétudes des Français face à la crise, qui s’étaient massivement exprimés le 29 janvier dernier dans la rue.

Bernard Thibault, le leader de la CGT, s’est dit «bien obligé de ramener ce chiffre à la somme de 8 milliards d’euros correspondant à la suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises» (annoncée le 5 février, ndlr). «Nous nous rendrons à la rencontre unitaire de lundi avec l’esprit de travailler à un prochain rendez-vous revendicatif, qui est programmé le 19 mars», a-t-il prévenu.

Des propositions quasi déjà ficelées

Les trois grandes fédérations syndicales (CFDT, CGT, FO), sur les cinq invitées, sont sorties déçues de ce rendez-vous, même si la CFDT a estimé que «l’action syndicale avait permis une première inflexion dans la politique gouvernementale». Sans surprise, seule l’une des propositions de François Chérèque (CFDT) a été retenue, celle de créer un fonds d’intervention sociale pour la formation professionnelle et l’emploi. Pas question, en revanche, d’accéder aux demandes d’augmentation du smic, de remise en cause du paquet fiscal ou d’abandon du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Les discussions sur la Fonction publique ont d’ailleurs été renvoyées à des négociations bilatérales la semaine prochaine.

L’Elysée et le gouvernement sont arrivés avec des propositions quasi déjà ficelées lors des réunions préparatoires avec les partenaires sociaux. Les syndicats sont tout de même parvenus à négocier la fourchette haute de certaines mesures, comme la prime pour les chômeurs, passée de 400 à 500 euros, ou les allégements fiscaux à destination du bas des classes moyennes: entre la suppression totale de la première tranche de l’impôt sur le revenu et la suppression du deuxième tiers provisionnel, gouvernement et partenaires sociaux se sont mis d’accord sur la suppression de deux derniers acomptes provisionnels. Au total, six millions de foyers fiscaux bénéficieront d’une ristourne. «Une véritable usine à gaz», selon Vincent Drezet, secrétaire général du Syndicat national unifié des impôts, joint par 20minutes.fr. «Tout le monde va faire des réclamations pour rentrer dans la tranche, ça va être la foire d’empoigne.» >> A voir, notre infographie animée sur l’impôt sur le revenu

La Guadeloupe attendra jeudi

Quant aux familles, une prime de 150 euros sera versée à trois millions d’entre elles percevant l’allocation de rentrée scolaire, et des «bons d’achat de services à la personne», d’une valeur de 200 euros, à des personnes à faibles revenus.

En ce qui concerne le partage des profits en entreprise, la présidente du Medef, Laurence Parisot, s’est dite opposée à des négociations nationales sur le sujet.«Je le dis aux salariés, il faut noter la position intransigeante du Medef lors de cette réunion. Il va falloir pousser plus fort en matière d’emploi, de pouvoir d’achat et plus généralement en matière de considération», a déclaré Bernard Thibault à la sortie de la réunion.

De la Guadeloupe, enfin, il n’a pas été question, alors que les leaders de la CGT, de la CFDT et de FO s’étaient mis d’accord pour «exiger» que le sommet social aborde la crise dans l’île, de plus en plus critique. Le Président a choisi d’attendre jeudi pour s’exprimer sur la question. Après avoir rencontré les élus de l’Outre-mer, il interviendra sur RFO à 17h. Une réunion, une intervention télévisée. Comme ce mercredi soir.

La Bourse de Hong Kong en hausse de 7,5% à la pause

HONG KONG – La Bourse de Hong Kong affichait un gain de 7,5% lundi à la pause de la mi-journée dans le sillage des autres places asiatiques, les investisseurs tablant sur une intervention vigoureuse des autorités américaines pour s’attaquer à la crise économique, selon des courtiers.

L’indice Hang Seng prenait 1.040,57 points à 14.886,66 points, dans un volume d’échanges de 35,45 milliards de dollars de Hong Kong (4,54 milliards de dollars américains).

La Bourse de Hong Kong avait ouvert lundi en progression de 3,7%.

Emeutes en Grèce après la mort d’un adolescent

Agé de 15 ans, Andreas Grigoropoulos a été tué par un policier hier au cours d’affrontements avec les forces de l’ordre. Sa mort a provoqué des émeutes dans plusieurs villes grecques.

Une vague de violentes protestations a éclaté dimanche dans plusieurs villes grecques, après la mort la veille à Athènes d’un adolescent tué par un policier.

Des groupes de jeunes ont brisé, à l’aide de cocktails Molotov, des vitrines de commerces et banques à Athènes aux côtés de milliers de personnes qui manifestaient contre la mort d’Andréas Grigoropoulos, âgé de 15 ans.

plus+:www.liberation.fr

Dimanche, une agence d’une firme automobile a été incendiée sur l’avenue centrale Alexandras, où siège la Direction générale de la police, et des façades de banques ont été endommagées par des pierres et objets lancés par les manifestants.

La police a dispersé ces manifestants à l’aide de gaz lacrymogènes, mais une dizaine d’entre eux ont été traités sur place pour des problèmes respiratoires.

Il y a également eu une douzaine d’interpellations de manifestants, selon la police.

Près de 5.000 personnes s’étaient rassemblées en début d’après-midi devant le Musée national, près du quartier d’Exarchia, où l’adolescent a été tué, pour marcher vers le quartier général de la police.

La Chine tance Paris après l’entretien entre le dalaï lama et Nicolas Sarkozy

La réaction ne s’est pas faite attendre. Une heure après la rencontre de Gdansk entre le dalaï lama et Nicolas Sarkozy, l’agence officielle Chine Nouvelle a assuré que celle-ci allait miner les relations entre Pékin et Paris. « Cette rencontre est assurément peu judicieuse et blesse non seulement les sentiments des Chinois, mais mine aussi les relations sino-françaises« , écrit Chine Nouvelle dans un commentaire. « Le gouvernement et le peuple chinois (…) s’opposent fermement à tout contact d’un dirigeant étranger (avec le dalaï lama), poursuit-elle, en dépit des tentatives de M. Sarkozy samedi de relativiser la portée de la rencontre. « La partie française, toutefois, sans tenir compte de la grave préoccupation de la Chine et de la situation générale des relations sino-françaises, a pris une initiative opportuniste, irréfléchie et à court terme », ajoute Chine Nouvelle.

Actualité-Al-Qaïda s’invite aux jeux Olympiques

L’ouverture des jeux Olympiques se prépare dans un climat de tension  au lendemain d’un attentat à Kachgar au Xinjiang, qui a coûté la vie à  16 policiers.Plus+