Etats-Unis: le chômage au plus haut depuis quinze ans

L’économie américaine a perdu 533.000 emplois en novembre, essentiellement dans le secteur des services. Désormais, le taux de chômage s’élève à 6,7% outre-Atlantique.

20 réactions

Les analystes tablaient sur 325.000 suppressions d’emplois. Ils étaient optimistes. Les chiffres officiels ont été fournis ce vendredi par le département du Travail américain: l’économie américaine a perdu 533.000 emplois en novembre, faisant monter le taux de chômage à 6,7%. Un plus haut depuis plus de quinze ans.

Ces chiffres sont d’autant plus mauvais que le ministère a revu en forte baisse le nombre d’emplois détruits au cours des deux mois précédents: 403.000 en octobre (au lieu des 240.000 annoncés initialement) et 320.000 en septembre (au lieu de 284.000).

Mercredi, une étude du cabinet en ressources humaines avançait que le secteur privé a détruit plus de 450.000 emplois en trois mois, dont 250.000 sur le seul mois de novembre.

Ces pertes d’emplois ont fait monter le taux de chômage de 0,2 point par rapport à octobre. Il faut remonter à octobre 1993 pour retrouver un taux supérieur à 6,7%.

Les destructions d’emplois ont été fortes dans les principaux secteurs de l’industrie (-163.000 emplois), mais encore plus importantes dans le secteur des services (-370.000 emplois), qui représente plus de 80% des emplois américains.

Les destructions d’emplois ne cessent de s’accélérer: de septembre à novembre, il y en a eu en moyenne 419.000 par mois, contre 82.000 en moyenne de janvier à août.

Désormais, les chômeurs aux Etats-Unis sont plus de 10 millions, soit 2,7 millions de plus qu’au début de l’année. Le nombre de chômeurs de longue durée (plus de 27 semaines) est désormais de 2,2 millions (+65% depuis le début de l’année).

http://www.liberation.fr/economie

Publicités

Le duel Obama-McCain fait le plein d’énergie

Les candidats s’affrontent sur une des préoccupations majeures de l’électorat alors que le républicain vire en tête dans les sondages.

Examen de politique étrangère passé et réussi, Barack Obama a recentré sa campagne sur les grands soucis intérieurs du moment, particulièrement le prix de l’essence, et aussi du fioul, dont les Américains commencent déjà à s’inquiéter en plein été.Plus+